Cap Vert – Sao Vicente

Sao Vicente est une étape obligatoire pour accéder aux randos magnifiques de Santo Antao. C’est également l’occasion d’une escale plage et culture.

Située au nord de l’archipel, Sao Vicente en est l’une des plus petites îles. Son chef-lieu est Mindelo, deuxième ville du pays en nombre d’habitants (environ 70000) et considérée comme sa capitale culturelle. C’est une étape obligatoire pour accéder aux randos magnifiques de Santo Antao. Ce fut également l’occasion d’une escale plage et culture un peu forcée (vol annulé) au milieu de notre voyage. Sans regrets : nous avons pu découvrir d’un peu plus près la vie quotidienne locale.

Mindelo

Mindelo est notamment connue pour être la ville d’origine de Cesaria Evora et pour son carnaval qui attire chaque année de nombreux touristes. Le port de Mindelo est une escale importante dans les croisières transatlantiques. Son immense (et magnifique) baie abritée est la dernière étape avant l’Amérique. On y croise de nombreux marins du monde entier et des bateaux de toutes tailles, de la barque de pêcheur aux cargos. Le centre ville minuscule se découvre facilement à pied, et contient quelques beaux batiments coloniaux dans des états divers. En périphérie, des bâtiments plus récents de toutes les couleurs égaient les rues de leur douces teintes pastel. Le street art est également très présent, ainsi que des fresques à vocation pédagogiques avec des messages principalement environnementaux. On retrouve ces fresques souvent peintes par les enfants des écoles dans toutes les villes et villages où nous sommes passés.

La plage de Laginha est la principale plage de la ville. On y retrouve une ambiance de Copacabana miniature : sportifs, couples, touristes… s’y retrouvent sur le sable blanc et les plus courageux se baignent même dans ses vagues. Le soir, de nombreux bars et restaurants en fond un secteur animé.

La plage de Laginha, en semaine et en “hiver”.

Les marchés de Mindelo

Le marché de Mindelo est également un spectacle permanent. Des femmes taillées comme des lutteurs, coiffées de bandana y portent sur la tête des paniers de fruits et légumes qui paraissent particulièrement lourds. Au marché aux poissons, les pecheurs déchargent directement depuis leurs barques d’énormes thons, mérous de toutes les couleurs et toutes sortes d’autres poissons, qui sont immédiatement découpés au milieu des chiens qui attendent qu’on leur jettent leur part.

Plus loin, le marché couvert se distingue par son calme. Nous y sommes allés plusieurs fois, à des heures différentes, mais sans jamais y trouver l’effervescence que nous imaginions. On y vend notamment des produits transformés : paniers en osiers et matériaux de récupération, confitures de papaye, goyave ou mangue, mel (mélasse de canne à sucre servant notamment à la fabrication du ponche do mel, sorte de rhum arrangé, et aux bolos do mel, biscuits qu’on trouve un peu partout). Enfin la dernière partie du marchée est occupée par des petites boutiques d’artisans et des marchands de tissus et souvenirs venus du continent (Sénégal et Guinée notamment).

A Mindelo nous avons passé 3 nuits au Si Ma Bo Hostel, situé dans un quartier résidentiel entre le centre ville et la plage de Laginha. C’est une auberge de jeunesse tenue par Silvia, une italienne exubérante et très accueillante, dont les bénéfices financent une association de protection des animaux des rues. Le soir où notre vol a été annulé, toutes les chambres étaient occupées. Nous avons été hébergés dans les locaux de l’association où nous avons passé la soirée entourés de chatons beaucoup trop mignons… Merci Si Ma Bo ! Le site web de l’asso : https://simabo.org/

Le reste de l’île

L’île est petite et bien desservie en aluguers (minibus). Pour des raisons d’annulation de vol nous avons du y rester un peu plus longtemps que prévu. Les paysages assez lunaires ne sont pas particulièrement variés : la végétation basse et épineuse est assez rare. Quelques villages et plages bordent la côte et sont surtout réputés pour le surf, le kitesurf et la planche à voile. Nous y étions en novembre, en pleine saison des alizées, et c’est clair que ça souffle !

Nous avons visité le village de Baia das Gatas (baie des gatas, sortes de petits requins innofensifs). Nous espérions y faire du snorkeling, mais les conditions étaient plutôt propice aux sports de glisse ce jour là. L’été ce doit être plus sympa, d’ailleurs c’est à Baia das Gatas qu’à lieu le plus gros festival de musique de l’archipel et apparemment, c’est quelque chose.

Sao Pedro

Nous avons également visité le village de Sao Pedro. Ce village n’était pas mentionné dans notre guide touristique et nous a été conseillé par un volontaire de Si Ma Bo. Sa grande plage est pourtant magnifique, pratiquement déserte à cette période de l’année. De plus, la proximité de l’aéroport permet d’observer des atterissages d’avion tout en se baignant, ce qui est plutôt inhabituel. Des entrepreneurs locaux ont mis en place des tours en barque pour aller voir les tortues de mer. Malheureusement ils pratiquent le feeding (nourrissage d’animaux sauvage pour les appâter), ce qui n’est pas une super pratique… De toute façon pas besoin d’aller loin pour voir des tortues : elles viennent d’elles-même à quelques mètres du rivage. On y observe également des poissons trompettes, mérous et autres espèces de toutes les formes et couleurs qui pulullent dans les coraux. Belle découverte !

Leave a Reply

Your email address will not be published.